[CRITIQUE] “Selfocracy” de Loïc Nottet :

Photo couverture de l'album Selfocracy

Le premier album « Selfocracy » de Loic Nottet est un plongeon dans une ambiance cinématographique sombre au style musical travaillé dans les moindres détails. Une musique pop aux textes dark, es-tu prêt pour un voyage de 45 minutes ?

L’Eurovision

La première fois que j’ai aperçu Loïc Nottet c’était à l’Eurovision en mai 2015. Il représentait la Belgique. C’est d’ailleurs marrant quand j’y repense car je ne regarde jamais l’Eurovision. Je ne regarde jamais la télévision en fait.
Quand j’ai vu sa prestation, je me suis dis « non mais c’est lui qui va gagner il est génial ! ».
Bon, il n’a pas gagné l’Eurovision mais il a gagné mon cœur (ouh c’est beau ! Pardon, je reprends mes esprits). La chanson « Rhythm Inside » est classée 4ème sur 27.

Le titre devient disque d’or en quelques semaine en Belgique et en Suède. En septembre 2015, il devient ensuite disque de platine en Belgique.

J’ai suivi de loin l’artiste dans l’émission Danse Avec Les Stars (mais genre de très loin).

L’album Selfocracy

Le 31 mars 2017 sort « Selfocracy » son premier album. C’est un album-concept avec un fil conducteur et des personnages que l’on retrouve au fil des titres de l’album.

Alors, je te préviens d’avance, je ne vais pas avoir le vocabulaire qu’il faut pour décrire un album mais je vais le faire à ma manière et surtout de mon mieux : cet album est juste une tuerie, une pépite, un truc hyper cool pour tes oreilles (je t’avais prévenu).

J’ai beau l’écouter en boucle, je ne m’en lasse pas. Loic Nottet gère les gimmick* à la perfection. Il a su créer une atmosphère captivante, pop et sombre à la fois.

Un savant mélange de style pop, hip hop mais on retrouve aussi des percussions, de l’électro et du rap. Dans cet album, il évoque et dénonce les dérives de la société du paraître et cette course à l’image sur les réseaux sociaux.

Chaque titre pourrait être la bande son d’un film. C’est d’ailleurs de cette manière dont il compose la plupart de ses titres. Il met un film, coupe le son et c’est comme ça que vient son inspiration.

Selfocracy est un opus sincère et créatif où on découvre un artiste pudique et très expressif. Une ambiance captivante, torturée tout en étant enrobée de poésie. L’album est travaillé et pensé au millimètre près.

À seulement 21 ans, Loic Nottet peut s’attendre à une jolie carrière devant lui.

Et toi tu as pu écouter l’album ? Tu en penses quoi ?

*Gimmick : Un gimmick est une cellule de quelques notes de musique capable de capter l’oreille de l’auditeur

Laisser un commentaire